App du mois : Snapchat

App du mois : Snapchat

Lancée en 2011, l’application Snapchat rencontre un succès incontestable depuis plusieurs mois et s’impose comme l’« App » à la mode du moment. Service d’échange de contenus éphémères, Snapchat séduit grâce à cette caractéristique particulière qui la démarque, depuis sa création, d’une concurrence toujours plus accrue dans ce domaine. Analyse et constat sur l’application qui a définitivement le vent en poupe, principalement auprès du jeune public.

Principe et origines

Application de partage de photos agrémentées de textes et de vidéos, elle présente une particularité liée à la limite de temps de visualisation du média envoyé à un ou plusieurs destinataires en même temps. En effet, le média reçu ne peut être visible que pendant une période courte (de une à dix secondes) et est automatiquement détruite après visionnage. Depuis peu, les utilisateurs ont la possibilité de créer une Story (histoire), avec une durée de vie de 24 heures qui affiche les meilleures photos et instants de l’utilisateur, visible cette fois-ci par l’ensemble ses contacts. Pour amener quelques effets, trois filtres sont applicables sur les photos, ainsi que l’ajout de certaines données telles que l’heure ou encore la température.

Le principe de spontanéité du contenu reste tout de même biaisé. En effet, les utilisateurs peuvent, sans difficulté, effectuer des captures d’écran avec leurs smartphones afin de conserver la photo reçue ou envoyée.

Conçue et développée par des étudiants de l’université de Stanford en Californie, Snapchat n’est à l’origine qu’un simple projet d’étude de deux étudiants Evan Spiegel (22 ans) et Bobby Murphy (24 ans). Par ce dispositif, les jeunes fondateurs prônent le droit à l’oubli et développent l’application contrant finalement les actions numériques qui laissent sur le web des traces indélébiles.

Quelques chiffres 

Fortement apprécié par les jeunes, avec 71% d’utilisateurs âgés de moins de 25 ans, Snapchat est privilégié essentiellement pour l’envoi de selfies (autoportrait réalisé avec un appareil photo ou un téléphone mobile), très en vogue en ce moment. Par jour, on compte plus de 350 millions, le nombre de snaps échangés dans le monde. Pour ce qui est de la fréquentation, 40% des jeunes de moins de 18 ans affirment utiliser Snapchat plusieurs fois par jour. Toutefois, ces données restent à confirmer, sachant que l’entreprise ne divulgue officiellement aucun chiffre sur son activité.

Des fondateurs qui n’ont pas froid aux yeux

En 2012, approché par Facebook pour un éventuel rachat, Snapchat refuse l’offre annoncée à un milliard de dollars. Audacieux, les fondateurs, refuse une nouvelle proposition en 2013, celle-ci évaluée à 3 milliards de dollars. L’empire de Zuckerberg n’est pas le seul à avoir été boudé par Snapchat ; peu de temps après, c’est Google qui se voit également refuser une offre de rachat, proposée cette fois-ci à 4 milliards de dollars.

Ces refus stratégiques rappellent la mission principale de Snapchat, radicalement contraire à Facebook. Alors que sur ce dernier, on devient amis avec tout le monde en un seul clic, le premier vise à partager son quotidien au travers de messages et images originales, uniquement avec la famille et les amis proches. Cet aspect plus intimiste, où les likes, commentaires et vues nombreuses sont impossibles, semble être plébiscité à l’instar de Facebook, réseau « vieux » où les liens se perdent de plus en plus dans un fil d’actualité ou flux d’informations surchargés. Le point fort de Snapchat ? Capter l’attention de l’autre, l’espace d’un instant, avec un contenu personnalisé.

Face aux offres refusées, Facebook riposte et lance début juin sa propre application Slingshot, qui reprend les mêmes caractéristiques que Snapchat. Seule différence : lors de la réception d’une photo, l’utilisateur est obligé d’envoyer une image en retour baptisée « Sling » afin de pouvoir découvrir celle reçue de la part du contact en question.

Snapchat pour les entreprises

En Suisse, peu d’entreprises incluent actuellement Snapchat dans leur stratégie marketing. Le quotidien 20 minutes a tenté récemment l’exercice, ce qui a permis de tirer quelques constats. Avec deux modes de publications (les snaps directs et les photos dans la story), la communication n’est pas identique et permet un partage soit spontané ou « officiel ». Dès lors, cet aspect doit être considéré lors de chaque envoi. Après quelques semaines de partage, une première analyse permet de constater que cet outil marketing n’est pas le plus idéal. Outre le manque de statistiques, il est impossible de définir le nombre d’abonnés, à moins d’effectuer un comptage manuel.

En revanche, aux Etats-Unis, nombreuses sont les entreprises qui ont su surfer sur cette tendance. Par exemple, une chaîne new-yorkaise de yogourt glacé propose à ses clients d’envoyer une photo d’eux-mêmes consommant un yogourt glacé dans un de leurs magasins. En retour, l’entreprise envoie un snap à l’utilisateur, avec un bon de réduction variant de 16% à 100%. Réussite commerciale et de visibilité assurée.

Dans un autre registre et afin de capter l’attention des fans de la série Geordie Shore, MTV UK incite les utilisateurs de l’application à leur envoyer des photos d’eux devant leur série préférée, pour recevoir en échange des photos exclusives du tournage de la prochaine saison ainsi que les informations les plus récentes. Ainsi, les téléspectateurs restent connectés et fidèles, pour le plus grand plaisir de la chaîne anglaise.

Pour conclure, l’utilisation de cette application qui monte, se doit d’être réfléchie, en fonction de son public et de ses objectifs. Pour un usage plus personnel, elle propose un cadre plus intimiste, qui séduit de plus en plus d’utilisateurs.

button-free-01 button-app_store-01 button-google_play-01

Leave a Reply

Your email address will not be published.